Solutions
&
techno

Blues des RSSI : les données restent mal protégées

Par Bertrand Lemaire | Le | Data

Selon une étude de Veeam Software auprès de décideurs IT, les budgets de protection des données augmentent mais le résultat demeure frustrant.

Protéger ses biens, même ses données, dans un coffre rouillé n’est pas une bonne idée. - © Jonathan Farber / Unsplash
Protéger ses biens, même ses données, dans un coffre rouillé n’est pas une bonne idée. - © Jonathan Farber / Unsplash

Si chacun s’accorde à estimer que les données demeurent un élément essentiel du patrimoine des entreprises, la protection de ce patrimoine data demeure douteuse. Les menaces, par exemple les ransomwares, s’accroissent en effet au moins autant que la complexité des environnements informatiques stockant et traitant le patrimoine data. 85 % des entreprises ont été attaquées au moins une fois au cours des 12 derniers mois, contre 76 % l’année dernière. Selon une étude de Veeam Software auprès de décideurs IT, il en résulte une frustration des décideurs IT qui ne peuvent que constater leurs manquements malgré des budgets en nette hausse.

Ainsi, entre les attentes des métiers et le niveau de disponibilité effectif d’une sauvegarde en cas d’incident, il existe un écart significatif pour 82 % des répondants. 79 % invoquent même un « écart de protection » entre la quantité de données qu’ils peuvent se permettre de perdre et la fréquence à laquelle les équipes informatiques protègent leurs données. 55 % des données en moyenne ont pu être récupérées suite à une attaque par ransomware. Face à ce constat, 57 % des entreprises prévoient de modifier leur protection des données en 2023 et justifient ainsi, pour 85 % d’entre elles, l’augmentation de leurs budgets en matière de protection des données, en moyenne de 6,5 % sur l’ensemble des entreprises (8,3 % sur les 85 % qui vont procéder à l’augmentation).

Les nouvelles technologies informatiques telles que la conteneurisation progressent. 52 % utilisent des conteneurs, 40 % le prévoient. Mais, dans la plupart des cas, c’est l’environnement sous-jacent qui est protégé, pas les conteneurs eux-mêmes ou les processus applicatifs et les données associées.

A propos de l’étude

L’étude « Data Protection Trends 2023 » a été commandée par Veeam Software. Elle est basée sur une enquête menée à la fin de l’année 2022 auprès de 4 200 dirigeants et responsables informatiques provenant de multiples organisations de toutes tailles situées dans le monde entier. Chacun a été interrogé sur une variété de facteurs, de défis et de stratégies liés à la protection des données. Il s’agit d’une étude barométrique annuelle, l’édition 2023 étant la quatrième.

Transférer cet article à un(e) ami(e)