Décideurs it

Aésio Mutuelle accélère son traitement de données massives avec le cloud

Par Bertrand Lemaire | Le | Cas d’usage

Recourant à Snowflake et Dataiku, Aésio Mutuelle a grandement accéléré ses traitements de données tout en les sécurisant dans le cloud.

Alexandre Knight est chief data officer d’Aésio Mutuelle. - © D.R.
Alexandre Knight est chief data officer d’Aésio Mutuelle. - © D.R.

Issu de plusieurs fusions de mutuelles, le groupe Aésio Mutuelle a cofondé Aéma Groupe avec la Macif, groupe qui possède Abeille Assurances et Ofi Invest. Spécialisé dans la protection de la personne, Aésio Mutuelle protège, avec une complémentaire santé et des contrats de prévoyance, 2,8 millions d’adhérents sur l’ensemble du territoire. L’entité Aésio Santé dispose quant à elle de 200 établissements de santé. Le groupe revendique une deuxième place parmi les mutuelles en France. Comme chez tous les assureurs, la donnée a évidemment une grande importance pour Aésio Mutuelle, en premier lieu pour les calculs actuariels et de solvabilité.

Pour gagner en flexibilité et en efficacité sans entrave et sans perdre en autonomie, Aésio Mutuelle a décidé de se tourner vers le cloud pour construire une architecture de stockage et de traitement des données. En l’occurrence, il a opté pour Data Cloud de Snowflake hébergé sur Microsoft Azure et associé à Dataiku pour la partie Data Science. Ce choix technique s’est révélé payant à plusieurs niveaux par rapport aux outils précédemment installés dans chaque service.

Dans un cloud américain mais avec confiance

Ainsi, la compression intégrée à Snowflake a permis de réduire les volumes de données d’un facteur pouvant aller jusqu’à 5 voire 7, un volume de 30 To ayant été réduit à 5 To. Par ailleurs, les calculs actuariels ont été réduits d’un facteur jusqu’à 500, certains calculs prenant jadis jusqu’à cinq jours s’effectuant désormais en quelques minutes. Ce type de réduction entraîne un bouleversement métier : relancer un calcul n’est plus un problème. Enfin, Snowflake permet un retour en arrière, en cas d’erreur de traitement ou d’incident sur la base de données, jusqu’à 90 jours.

Cependant, utiliser un cloud américain, Azure en l’occurrence, est évidemment source d’inquiétudes. La gestion de données de santé, sensibles par nature, ne peut tolérer le moindre risque de fuite. La mutuelle a donc choisi un chiffrement à trois clés (une chez Azure, une chez Snowflake et une chez Aésio). Au-delà d’un audit de sécurité dont le résultat a été positif, Aésio Mutuelle a utilisé PIA (Privacy Impact Assesment) pour étudier l’impact sur la protection des données personnelles. Là encore, le choix a pu être validé.

Ne pas se contenter de données internes

Parmi les fonctionnalités de Snowflake appréciées de la mutuelle, il y a également la capacité à intégrer des données open-data de tiers ainsi que la possibilité de data-sharing. Aésio Mutuelle peut ainsi désormais mélanger des données internes avec des données de tierce partie sans aucune difficulté.

Pour Alexandre Knight, chief data officer d’Aésio Mutuelle, « notre métier est d’accompagner nos adhérents et de les maintenir en bonne santé et autonomes le plus longtemps possible. Avec Snowflake, nous pouvons créer un langage commun autour de la donnée et continuer à progresser sur l’amélioration de la personnalisation de nos services et prestations à nos adhérents. Au-delà des gains en performances, Snowflake va nous ouvrir tout un nouveau champ de possibilité autour de la donnée, notamment en intégrant des données de type “open data” etc. »,


Sur le même sujet

- Chafika Chettaoui (Axa) : « nous facilitons tous les usages de notre patrimoine data ».

Transférer cet article à un(e) ami(e)