Décideurs it

L’État se veut exemple à suivre pour le numérique écoresponsable

Par Bertrand Lemaire | Le | Green it

La Mission Interministérielle au Numérique Ecoresponsable (MiNumEco) vient de publier la version 1 du Référentiel général d'écoconception de services numériques (RGESN) et l’app d’autodiagnostic NumEcoDiag. La démarche peut être adoptée par n’importe quelle organisation.

Virginie Rozière (à gauche) et Olivier Joviado (à droite), pilotes du projet à la Dinum. - © Républik IT / B.L.
Virginie Rozière (à gauche) et Olivier Joviado (à droite), pilotes du projet à la Dinum. - © Républik IT / B.L.

Il était très attendu. Il vient d’être publié. Le Référentiel général d'écoconception de services numériques (RGESN) vient en effet d’être diffusé sur le site de la Mission Interministérielle au Numérique Ecoresponsable (MiNumEco). Ce référentiel de bonnes pratiques à suivre dans la conception des services numériques (y compris les simples sites web) se présente comme une série de questions pour couvrir 79 critères auxquelles sont apportées des réponses sous forme d’un objectif, de modalités de mise en œuvre et de moyens de contrôle et de test.

En plus du référentiel lui-même a été publiée une app d’auto-évaluation, NumEcoDiag, qui permet d’évaluer un service que l’on a mis en place. Les résultats sont affichés sous forme d’un graphique et ils peuvent aussi l’être sous la forme d’un badge HTML à inclure sur un site web, badge respectant évidemment les bonnes pratiques dans l’écriture de son code. NumEcoDiag est disponible sous forme de plug-in pour Chrome et Firefox. Le badge comprend des liens vers le RGESN et le téléchargement de NumEcoDiag.

Un référentiel pour tous

« L’enjeu est l’appropriation du référentiel par un maximum d’organisations et d’accroître sa diffusion » indique Virginie Rozière, responsable du département Performance des services numériques à la direction interministérielle du numérique. Bien que le RGESN ait été conçu par une mission interministérielle, tous les documents sont proposés librement afin que les travaux réalisés pour le compte de l’État puissent être réutilisés par tous les concepteurs de services numériques, publics ou privés, français ou non.

La MiNumEco est co-pilotée par la DINUM (direction interministérielle du numérique, la « DSI groupe » de l’État) et le ministère de la transition écologique. Mais le référentiel est issu de travaux d’une large communauté : des délégués de tous les ministères, bien entendu, mais aussi du monde académique, des associations concernées, de partenaires privés, d’autorités administratives indépendantes (Arcep et CNIL), de structures diverses à vocation interministérielle (comme l’Ademe par exemple)… Virginie Rozière insiste : « notre volonté est bien qu’il y ait consensus et que les propositions faites soient robustes, raison pour laquelle nous avons publié l’ensemble des travaux, y compris les documents en versions intermédiaires. »

Une démarche au long cours

La démarche a été initiée à l’automne 2020. Après une série de consultations préalables et d’ateliers, une consultation publique de six semaines a permis de recueillir les propositions de 170 contributeurs et 1100 votes sur des critères. En octobre 2021 a donc été publiée une version beta du RGESN. A l’issue de retours et de commentaires, la version une a donc été publiée officiellement le 29 novembre 2022. « Nous nous sommes appuyés sur un existant en y associant un maximum de partenaires » précise Olivier Joviado directeur de projet Gouvernance et Green Tech à la direction interministérielle du numérique et copilote de la mission numérique écoresponsable.

L’écoconception est l’un des six chantiers en cours de la MiNumEco. Celle-ci s’intéresse aussi aux achats numériques responsables, à la mesure de l’empreinte environnementale, à l’outillage logiciel de la démarche, à la sensibilisation grand public et la gestion des déchets électroniques (DEEE). Ces autres chantiers n’ont pas, pour l’instant, débouché sur des versions validées de référentiels.


En savoir plus

- Référentiel général d'écoconception de services numériques (RGESN)


Sur le même sujet

- Le Cigref veut un numérique durable, responsable et de confiance

- Le Cigref publie un vademecum de la sobriété numérique

- L’urgence climatique fait frémir les utilisateurs de solutions Oracle

- L’écosystème SAP réuni autour de la RSE à Lyon

Transférer cet article à un(e) ami(e)