Décideurs it

Les Agences de Papa vont lancer la vente immobilière via univers virtuel

Par Bertrand Lemaire | Le | Cas d’usage

Métavers, blockchain, NFT, cryptomonnaie… Le métavers de Les Agences de Papa, Versity, est innovant et doté d’un modèle cohérent bien construit.

Nicolas Fratini, DG délégué de Les Agences de Papa, attend du métavers une accélération des ventes. - © Les Agences de Papa
Nicolas Fratini, DG délégué de Les Agences de Papa, attend du métavers une accélération des ventes. - © Les Agences de Papa

Le métavers est un concept de nouveau à la mode depuis que Meta, l’éditeur du réseau social Facebook, s’y intéresse. Il s’agit par définition d’un univers virtuel non-ludique où des personnes physiques peuvent se déplacer et interagir sous la forme de personnages virtuels, les avatars. Les cas d’usages possibles sont assez nombreux mais les modèles économiques souvent douteux. De 2003 à 2007, Second Life, le métavers de Linden Lab, a ainsi connu un certain succès et demeure aujourd’hui en ligne. L’agence immobilière digitale Les Agences de Papa veut, à son tour, se lancer dans une telle aventure mais en lien avec son activité principale. Son métavers, Versity, devrait ouvrir en version béta publique fin 2022 et sa version 1 être accessible en juin 2023. Le financement du développement est aujourd’hui bouclé par émission d’une cryptomonnaie dédiée à ce métavers, le Sity, dont les deux premiers rounds d’ICO ont été couverts en totalité pour environ quatre millions d’euros malgré la crise actuelle des cryptomonnaies.

Le modèle de l’entreprise est, à la base, assez original dans le monde feutré des agences immobilières. Comme toute agence immobilière, la société Les Agences de Papa accompagne un vendeur de bien immobilier de l’acquisition du mandat à la conclusion de la vente chez le notaire mais sa commission est de 2000 euros par vente (au-dessus de 100 000 euros, 2 %). « Nous avons les tarifs les plus bas du marché » revendique Nicolas Fratini, DG délégué de Les Agences de Papa. Lors de l’acquisition du mandat de vente, le service vérifie la récupération et la conformité des documents obligatoires. Des prestataires tiers peuvent être délégués le cas échéant (par exemple pour réaliser les bilans techniques). Comme l’agence est purement en ligne, basée sur un call-center à Nice, elle organise les rendez-vous des acquéreurs potentiels avec le propriétaire mais c’est celui-ci qui assure les visites elles-mêmes. Il est également possible de confier les visites à un agent tiers, ce qui ne se fait concrètement jamais.

Une modélisation du logement et de son environnement

Nicolas Fratini explique : « aujourd’hui, Les Agences de Papa possède deux business units, l’agence immobilière et, désormais, Versity. » Le métavers Versity se veut un média de diffusion des ventes de biens immobiliers. Il sera ouvert à tous les promoteurs (pour les logements neufs) et agences immobilières du marché, même si elles sont concurrentes de Les Agences de Papa. Il repose sur un environnement immersif utilisant le moteur 3D Unity. La cryptomonnaie associée, le Sity, repose sur la blockchain Polygon. Versity bénéficie à la base d’une modélisation complète du territoire français et il est, théoriquement, capable d’offrir une vision de n’importe quel endroit en France. Mais le niveau de détail est très variable selon les zones, les plus riches en transactions immobilières étant plus soignées. Les professionnels qui aideront à améliorer la représentation 3D seront rémunérés en Sitys.

Les logements mis en vente doivent, eux aussi, bien entendu, être modélisés pour pouvoir être visités. Pour les logements neufs, cette modélisation repose sur l’importation des données BIM fournies par l’architecte. Restent les logements anciens. « Les derniers modèles d’iPhone possèdent un lidar qui, associé à la caméra, permettent aux utilisateurs de fabriquer une modélisation 3D qui va être ‘nettoyée’ par la plate-forme » indique Nicolas Fratini. Un prestataire sous-traitant, The Full Room, peut également créer une modélisation 3D à partir de photos (pour les textures) et un plan 2D classique (présent normalement avec l’acte de propriété). Enfin, la modélisation peut être totalement déléguée à un professionnel qui va, sur rendez-vous, se déplacer dans le logement et réaliser tous les relevés nécessaires.

Une aide à la vente précieuse

Mais il reste à expliciter la raison d’être de ce métavers. Nicolas Fratini se désole : « aujourd’hui, il faut en moyenne une dizaine de visites pour réaliser une vente immobilière ou un achat. L’objectif est de gagner du temps.  » En effet, si, d’entrée de jeu, l’agencement du logement ou sa situation ne plaisent pas, la visite se révèle immédiatement inutile et constitue une perte de temps. En visitant d’abord virtuellement le quartier puis le logement, l’acquéreur peut ne se déplacer que quand l’endroit lui plaît a priori. Et il peut aussi multiplier les visites virtuelles sans perte de temps.

Le modèle économique de Versity repose aussi sur un certain nombre d’originalités qui lui permettent de compléter le service de base. Divers professionnels (banquiers, courtiers en prêts, architectes, déménageurs…) pourront ainsi intervenir au sein de Versity pour y rencontrer les futurs acquéreurs et proposer leurs services. Ces professionnels vont payer leur présence commerciale en Sitys. Les architectes devraient pouvoir également, à terme, proposer des modifications des logements et les faire voir aux acquéreurs. De même, pour accroître la base d’utilisateurs, le parrainage de nouveaux utilisateurs sera récompensé en Sitys. « Avoir le maximum d’utilisateurs le plus vite possible constitue pour nous un enjeu majeur » insiste Nicolas Fratini. Enfin, il sera possible d’acheter des zones de l’univers virtuel (identifiées par un code postal), toujours en Sitys, et d’être en retour commissionné sur ce qui se passe dans les zones dont on est suzerain. Ces ventes seront certifiées par des NFT.

Transférer cet article à un(e) ami(e)